La Lunette

La Monture

Cette énorme masse de près d’une tonne est le contrepoids qui permet d’équilibrer la lunette. Celle-ci est fixée sur une monture équatoriale orientée parallèlement à l’axe de rotation de la Terre. Ainsi, un seul mouvement de rotation suffit à corriger le mouvement des étoiles. Cette monture s’appuie sur un socle en maçonnerie, percé d’ouvertures horizontales qui maintiennent l’ensemble à la température ambiante.

La Coupole

La coupole est construite en bois, et peinte en blanc, de manière à renvoyer au mieux la chaleur transmise par le soleil, afin de préserver une atmosphère fraîche à l’intérieur du bâtiment. La nuit venue, cette fraîcheur limite les échanges thermiques, et la génération de turbulences néfastes à la qualité des images des astres observés.

La coupole est un dôme de 8 mètres de diamètre, conçu pour évacuer au mieux la chaleur due au rayonnement solaire. Elle tourne sur 360° à l’aide d’un moteur électrique. Une manivelle permet de manœuvrer la coupole à la main en cas de panne du système électrique. L’ouverture de la trappe qui encadre les trois lunettes se fait manuellement à l’aide d’une corde sans fin.

La Lunette

A la mort de Hirsch, l’Observatoire ne disposait que de la lunette méridienne de 11,7 cm de diamètre, et d’une autre lunette de 16 cm de diamètre, installée sous la coupole du bâtiment principal. Il s’avérait dès lors nécessaire que cet observatoire à vocation astronomique se dote d’instruments plus importants. L’achat de nouveaux instruments fut dans  une large mesure confié à Louis Arndt, le successeur d’Adolphe Hirsch à la tête de l’institution.

Il se détermina pour l’acquisition d’un triple réfracteur Zeiss, doté de deux lunettes photographiques. Les lunettes photographiques latérales ont un diamètre de 360 mm, et sont équipées de lentilles en quartz adaptées aux ultraviolets uniquement. Ces instruments sont équipés de  spectrographes, qui permettent d’étudier la composition chimique des étoiles, et leur comportement physique. Malheureusement, l’atmosphère est opaque aux UV, ce que ne savait pas Arndt, et ces objectifs sont inutilisables, car myopes dans le visible.

L’instrument central est une lunette adaptée aux observations visuelles de 300 mm de diamètre, ouverte à f/15, donc  parfaite pour les observations planétaires. Elle peut être pilotée tant depuis la plateforme, soit depuis l’oculaire. Des cercles gradués permettent de pointer les objets célestes en fonction de leurs coordonnées. La mise au point fine pour la photographie astronomique se fait à l’aide des grandes roues fixées derrière la lunette.

L’Observatoire abrite plusieurs autres instruments  astronomiques: La lunette méridienne, installée dans le bâtiment de la Méridienne. Elle permettait de mesurer avec précision le temps écoulé entre deux passages d’une étoile au même méridien que Neuchâtel. Elle devait être pour cela impérativement orientée parallèlement à l’axe nord-sud. Quelques lunettes d’observation annexes, qui permettaient des observations à l’extérieur des bâtiments.